Gérard Brand, mosaïste

Gérard Brand, mosaïste

Fulgurance mosaïque


Les premiers cailloux qu’il ramasse gonflent ses poches d’enfant. La mère gronde, mais reste attentive et curieuse. A 17 ans, le voilà qui fabrique un poisson minéral : sa première mosaïque est là, qui annonce l’éclosion d’un génie.

Il va pourtant falloir passer par l’apprentissage d’un savoir-faire traditionnel. « Meilleur ouvrier de France » en 1972, la convention du tableau lui est d’abord nécessaire. Puis viennent des idées d’empilement, d’enroulement, de carottage et de dentelle. Sa mosaïque a muté vers la sculpture. Il y a du vide et du plein, l’opacité s’est mise à dialoguer avec la lumière. Des stèles se dressent, qu’on croira fragiles, qu’on dira diaphanes, mais qui, paradoxalement robustes, feront l’éloge de l’éphémère et de l’instable.

Dès lors, il est devenu difficile de commenter une œuvre de Gérard. Les mots ricochent sur les tesselles multicolores et se dispersent dans le brouhaha des vaines considérations.

Plus tard, le chant un peu rauque du bestiaire roman le touche au point d’en envisager une traduction personnelle. Paray-le-Monial le reçoit en 2005 et le consacre comme un interprète majeur du mystère de la création médiévale.

Auparavant, en 2004, la minuscule chapelle inférieure de l’église fortifiée d’Hunawihr aura connu, l’espace d’une Pentecôte mémorablement lumineuse, la gloire trop brève d’une série de cinq tableaux sur le thème de la crucifixion, émouvante expo en miniature, que l’artiste a choisi d’intituler « Le Christ en mémoire » et dont l’écrin modestement gothique aurait tant voulu prolonger l’exceptionnelle aura.

S’il fallait ne sauver qu’une œuvre de Gérard, les autres ayant été condamnées par on ne sait quelle monstrueuse et implacable dictature esthétique, peut-être devrait-on s’attacher à ce sublime « Sommeil des mages », qui apparaît comme la conséquence émerveillée des efforts d’affranchissement qu’accomplit depuis des décennies l’un des artistes les plus inventifs de notre temps, pour la plus grande exaltation des âmes ouvertes et disponibles.

Client

Gérard Brand, mosaïste

Date

19 juin 2020

Tags